Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nouara Algérie.com

ECOLOGIE ET ENVIRONNEMENT EN ALGERIE

Les eaux d’irrigation des jenan et haouch d’Alger (XVIe-XIXe siècles) de Dalila Kameche-Ouzidane

"Au début du XVIe siècle, la ville d’Alger est entourée de jardins. Fray Diego de Haëdo la décrit ainsi :

« Quand on sort dans la campagne, la vue est frappée par les nombreuses vignes et jardins qui entourent la ville […] Tous ces jardins sont baignés par un nombre infini de fontaines dont l’eau claire comme le cristal, court de tous côtés. Dans toute cette verdure, il n’y a pas d’habitant qui n’ait construit sa petite maison dont la blancheur se détache dans le paysage et donne à cette campagne l’aspect du littoral de Gênes »

1 . Ces propriétés désignées par l’appellation de « jenan » englobent à la fois bâtisse et vergers attenants. Plus tard vers le XVIIIe siècle, Jean-Michel Venture de Paradis, compte 16.000 métairies ou Haouch 2 . La qualification de ces demeures peut se rapporter à un toponyme ayant trait au paysage, tel kûrsi al-Jeloua (le Siège du Panorama), près du cimetière de Mustapha d’où s’offre une vue imprenable sur les coteaux voisins de la mer ; au nom de son dernier propriétaire , tel Jenan « Rahat al-Dey » 3 ; à la fonction d’un dignitaire tel « Dâr khûja al-kheil », « Jenan al-Muphti » ; à certains équipements, essentiellement les puits : Dâr Bir as-Sbil, Jenan Sebaâ Biyar (des Sept Puits), Jenan Rab’a biyar (des Quatre Puits). Cette qualification se rapporte souvent à un élément propre à la maison de campagne qui la distingue de la demeure citadine: écuries, dépendances d’exploitation, puits, bassins, jardins."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article