Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nouara Algérie.com

ECOLOGIE ET ENVIRONNEMENT EN ALGERIE (Une revue de web de plus de 4500 articles )

Biodiversité en Algérie: l'enfant pauvre de l'écologie algérienne

Karim Tedjani (Texte et photo)

Karim Tedjani (Texte et photo)

Certes, la problématique de la gestion des déchets est matrice de bien des périls écologiques qui menacent le pays.

Mais, il est fort triste et dommageable, de voir à quel point la protection ainsi que la conservation de la biodiversité est très peu évoquée dans les discours politiques, les tribunes médiatiques et même, au fond, dans les véritables actions du monde associatif algérien.

Je tiens à rappeler que, aux dernières nouvelles, notre pays accuse un taux d'endemisme (d'espèces typiquement locales) qui dépasse les dix pour cent. Ce qui, ma foi, n'est pas négligeable.

Bien des sous-espèces qui y évoluent sont particulières à notre territoire, il me semble. C'est donc autant un patrimoine national qu'une richesse mondiale.

Jusqu'à quand cependant ? Est-ce d'ailleurs encore vraiment le cas? Que disent les dernières statistiques? Existent-elles vraiment?

La faune et la flore algériennes sont en grave danger. Et si peu protégées; non pas par la loi, mais par le système d' hommes et de femmes qui sont chargés de l'appliquer; mais aussi et malheureusement par des citoyens malhonnêtes ou ignorants, qui font commerce plus ou moins rentable de cette dégradation; le plus souvent dans la plus coupable des impunités...

Pourquoi ce silence, cette amnésie, ce manque d'intérêt?

Peut-être parce que, à première vue, ce n'est pas un sujet qui fait aussi recette que la gestion des déchets ou bien celui des énergies renouvelables... Ce n'est probablement pas assez économiquement "vert" de s'en préoccuper...

Parler d'écocitoyenneté, de justice climatique, d'économie low carbone, c'est sûremment plus à la mode...

D'ailleurs, à l'échelle mondiale, la convention sur le climat à totalement effacé celle sur la biodiversité dans l'esprit des ONG et des diplomaties environnementales.

Et pourtant!

C'est une véritable mine d'or...Un trésor matériiel, immatériel, d'inspirations culturelles et de services écologiques avec lequels aucun argent comptant ne devrait faire le poids; du moins pour un état ainsi qu' une société qui auraient assimilés les enjeux de ce Siècle...

Et non qui s'acharnent, encore, en 2016, à voir l'avenir de l'Algérie dans le passé d'un monde moderne qui n'a jamais été tout à fait le sien...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article