Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nouara Algérie.com

ECOLOGIE ET ENVIRONNEMENT EN ALGERIE

LA MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT À ANNABA Le massif de l’Édough classé Parc national

Elle a appelé à protéger le lac Fatzara de la pollution industrielle et urbaine.

Le projet de classement de la région luxuriante de l’Édough de Annaba en Parc national, dont l’étude terrestre et maritime est effectuée par le Genbi, a été adopté, avant-hier, à Annaba, par la ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables, Mme Fatima-Zohra Zerouati, en visite de travail d’une journée.


Par ailleurs, lors d’une tournée au nouveau pôle urbain Kalitoussa de Berrahal, la ministre a appelé les responsables du secteur à mettre tous les moyens susceptibles de protéger le bassin du lac Fatzara, qui est confronté chaque jour à plusieurs polluants industriels et urbains émanant principalement des trois communes de Berrahal, El-Eulma et Chorfa.


La calamité est engendrée par certaines usines privées de la zone industrielle de Berrahal et notamment par les stations-services implantées aux abords de la RN44. Aujourd’hui, le danger est imminent, surtout lorsqu’on sait que des agriculteurs ont signalé avoir découvert, après le recul des eaux du bassin, des bidons pleins d’huiles usagées.  Cette agression envers la nature n’est pas sans provoquer un déséquilibre à l’environnement et au cycle d’évolution de la nature de la région de Annaba, prolongée par le parc naturel d’El-Kala  (El-Tarf) et la zone humide de Guerbez (Skikda), et qui renferme un immense patrimoine de faune et de flore, très varié.


Les conclusions d’une enquête signalent que la totalité des eaux résiduelles des entreprises et stations de lavage, sont jetées au lac Fatzara sans être épurées, avec le silence complice d’associations dites de protection de l’environnement. Devant cette situation urgente, la ministre a invité les responsables à opter dans les meilleurs délais pour la réalisation de bassins d’épuration des eaux usées ou un centre de traitement des eaux usées. Le lac Fatzara a été classé, en 2006, zone Ramsar.


La classification de ce site naturel est intervenue à l’issue des visites sur ce site, effectuées il y a quelques années par des experts en la matière et qui ont jugé cette étendue d’eau naturelle “d'excellent site d'accueil, en période hivernale, d'une avifaune nicheuse composée souvent d'espèces rares et protégées”. Selon une étude menée récemment, plus de 100 000 oiseaux voyageurs, dont 55 000 de différentes espèces, ont été recensés durant la période de niche. Cette visite coïncide avec la commémoration de la Journée internationale de la diversité biologique célébrée le 22 mai de chaque année.

Le thème choisi est : “Célébrer les 25 ans d’action pour la biodiversité” et avec pour slogan “Sauvegarder la vie sur terre”. Dans la matinée, la ministre a visité, à Sidi Salem, le projet d’aménagement du cours de cette cité qui longe la mer. 7 kiosques y figurent. La somme de 59 millions de dinars a été consacrée pour cette réalisation. Les travaux ont débuté en avril 2016 et doivent durer 18 mois. À Séraïdi, 2e étape de sa sa visite, Mme Zerouati, s’est enquise du projet de l’éclairage public avec l’apport des plaques photovoltaïques qui a intéressé la ministre, une énergie propre et qui doit se généraliser à travers le territoire national.


Intervenant au Palais de la culture où une exposition de photos se rapportant à la nature organisée sous l’égide de GIZ, la ministre a tenu un discours dans lequel elle a attiré l’attention sur les graves dangers représentés, notamment par le changement climatique.                             

  B. BADIS

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article