Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nouara Algérie.com

ECOLOGIE ET ENVIRONNEMENT EN ALGERIE

Protection des consommateurs : Le constat accablant de l’association El Aman

                                                             KAMEL BENELKADI  29 OCTOBRE 2018 À 1 H 12 MI

L’association nationale El Aman pour la protection des consommateurs a abordé, hier lors du forum d’El Moudjahid, les grands dossiers liés à la consommation et ses problématiques, notamment dans les domaines de la sécurité sanitaire des aliments, l’environnement et son impact sur la santé et le cadre urbain, infrastructures routières et transport.

Dans le secteur de l’agriculture, il a été relevé des «résidus de pesticides, une irrigation avec une eau contaminée et une surutilisation des fertilisants». Dans le secteur de l’industrie agroalimentaire, le constat est plus qu’alarmant : «Insuffisance de l’encadrement réglementaire et du droit à l’information (étiquetages illisibles et non pertinents) et un excès d’utilisation de sucre, sel et matières grasses (SSMG).» Concernant la sécurité sanitaire des aliments, plusieurs observations ont été mentionnées : conditions de transport inadaptées et d’entreposage inadéquates. L’état de la commercialisation est plus que lamentable, caractérisé par une hygiène insuffisante, des conditions de vente non respectées et une exposition directe des produits sensibles aux aléas, sans oublier un contrôle discontinu et irrégulier.

L’association note dans ses rapports un environnement qui se dégrade de plus en plus et d’année en année et qui a incontestablement des répercussions sur la santé. La gestion des déchets fonctionne avec des moyens rudimentaires. La collecte est insuffisante et le tri et le recyclage sont un modèle qui n’est pas répandu partout. Le réseau d’assainissement est sous-dimensionné avec une insuffisance de l’entretien. Pour Hacène Menouar, président de l’association, «le premier responsable sur la sécurité des produits est l’autorité gouvernementale. La réglementation doit être stricte et sévèrement appliquée».

 

Lors des débats, deux autres sujets ont été mis en évidence : le tabagisme et le e-commerce. Pour le président de l’association, «toutes les actions menées n’ont pas abouti. Le taux de tabagisme a augmenté et touche toutes les franges de la population, y compris les 10/12 ans qui fument dès le primaire par curiosité ou simple effet de mode. C’est le constat de l’OMS et de l’Unicef. Cela concerne les deux sexes et les filles fument 2 à 3 cigarettes par jour brisant en cachette les tabous». Selon lui, l’importation du tabac a été multipliée par 12 fois entre 2004 et 2014.

Le marché du tabac en Algérie est florissant, en plus, le tabac n’est pas cher : il est même exporté à l’étranger par les routes de la contrebande. Parmi les propositions pour lutter contre ce phénomène, figure l’augmentation du prix du tabac, tout en payant 70% à la Cnas pour prendre en charge les futurs malades et sévir contre les gens qui fument en public, allant plus loin que «de coller des affiches» pour décourager les fumeurs. Il faut aussi interdire la vente en détail aux enfants. Concernant le e-commerce, notre interlocuteur dira : «On parle beaucoup de lui, mais rien n’est fait. En Algérie, il s’agit plutôt du téléachat : on commande par internet, on se fait livrer et on paie à la réception.»

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article