Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nouara Algérie.com

ECOLOGIE ET ENVIRONNEMENT EN ALGERIE

Réserves marines à Oran : Des pêcheurs irresponsables

Un filet de 500 mètres de long, abandonné au fond, à une profondeur entre 15 et 30 m, a été remonté à moitié aux alentours des hauts-fonds de Cap Blanc, situés entre les limites des réserves marines des îles Habibas et de Paloma à Oran,


A-t-on appris hier de l’association écologique marine «Barbarous».  Sur la base d'une information faisant état d’un filet abandonné au fond (entre 15 et 30 m) causant d’énormes dégâts aux alentours des hauts-fonds de Cap Blanc, les membres de l’association écologique marine se sont déplacés vendredi dernier sur les lieux pour organiser une opération de renflouage, a indiqué la même source. Aussitôt arrivés sur les lieux, les plongeurs de l’association ont constaté la gravité de la situation qui est accentuée par l’acte criminel perpétré par des pêcheurs irresponsables ayant abandonné le filet, après avoir récupéré les ralingues supérieures et inférieures (lests en plomb et flotteurs), a-t-on ajouté.


Au bout de trois heures de travail, les plongeurs n’ont pu remonter que la moitié du filet qui est solidement accroché sur la roche et les concrétions du coralligène, a-t-on fait savoir.


Face à cette situation, l'association a interpellé les autorités pour ouvrir des enquêtes et situer les responsables de ces actes, ainsi que les gestionnaires et décideurs pour développer une stratégie adéquate, avec la participation de l’ensemble des acteurs de la mer, afin de mettre fin à ce genre de fléau qui met en péril l’avenir de la pêche en Algérie et menace de faire disparaître des espèces emblématiques de la grande bleue, a-t-on noté. L’association a, en outre, estimé que cet acte «met en péril aussi bien la biodiversité marine dans toutes ses composantes, la ressource halieutique dont dépend la survie des familles de pêcheurs et aussi la vie des chasseurs en apnée et peut sérieusement entraver la navigation de l’ensemble des navires qui fréquentent la zone». Six plongeurs de l’association ont pris part à l’opération de renflouage en utilisant des parachutes de renflouage et l’arrachage manuel, a-t-on encore souligné, non sans mettre en exergue les risques de l’opération sur la vie des plongeurs, ce qui nécessite de gros moyens en mer et une mobilisation de plongeurs qualifiés et expérimentés.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article