Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nouara Algérie.com

ECOLOGIE ET ENVIRONNEMENT EN ALGERIE (Une revue de web de plus de 4500 articles )

PAS D'ENVIRONNEMENT SAIN SANS CONIVIALITE SOCIALE

 

Un jour, il y a de cela quelques années, j'ai eu une discussion assez intéressante avec une jeune militante écologiste française, juriste et journaliste spécialisée de surcroît dans le domaine de la législation environnementale.

Elle avait beaucoup voyagé à travers le monde et me fit part de son expérience internationale de la question du droit et du respect de l'environnement.

Autant vous dire que je pris le temps de l'ecouter avec beaucoup d'attention m'exposer ses points de vue d'experte.

A un moment, elle me fit part de ses impressions suite à un récent voyage en Corée du Nord, et, à ma grande décontenance, elle m'avoua qu'elle avait été très impressionnée par la propreté des rues, la grande discipline des citoyens et le peu d'impact que leur quotidien très sobre imposait à leur environnement.

Tout cela, selon elle, faisait de cette nation un exemple en matière de respect de l'environnement et de neutralité carbone.

Elle paraissait très sérieuse et ne tarissait pas d'arguments pragmatiques pour me convaincre que l'écologie et la dictature ne pouvaient à bien des égards que faire bon ménage!

Je lui répondis que la faiblesse de son raisonnement résidait à mon humble avis dans sa perception erronée et réductrice de la notion d'Environnement.

L'environnement "sain" n'est pas juste propre ou bien ordonné, ni même seulement faible en émission carbone, ni uniquement neutre d'impacts sur la santé publique ou la nature.

Il ne suffit pas non plus qu'il soit en parfait accord avec une batterie de lois, de normes et d'indices environnementaux pour qu'un environnement s'avère  non  pas seulement équilibré, ni harmonieux, mais surtout convivial.

L'environnement comme l'écologie politique ou scientifique, sans la convivialité, le libre arbitre, l'autonomie de penser le plaisir de vivre la communauté, sans la beauté du geste et le devoir consenti, ils ne sauraient être dignes selon moi de nous satisfaire au point de nous faire ressentir du bonheur à la fois individuel et collectif.

Une prison aseptisée reste une prison et la Vie a autant horreur du vide que des trop pleins. La dictature des bonnes intentions ne vaut pas mieux qu'un libéralisme débridé de toute éthique.

C'est pour cela qu'il est essentiel de ne pas concentrer toute notre attention, en matière d'environnement, sur les symptômes physiques en oubliant ainsi de se pencher sur les origines sociales  de la maladie.

Derrière tout environnement humain malsain, il y a forcément une relation humaine malsaine, un cercle vicieux, un mauvais artifice , un art de la guerre, une domestication, un rapport inégal des forces, l'injustice comme paradigme d'un écosystème artificiel.

Et plus que tout, à mon sens, il ya derrière tout cela un système d'efficacité technique arrivé à un tel paroxisme contre-productif, qu'il n'a plus d'autre finalité que de se reproduire à l'infini et donc devient ennemi de l'Evolution, de la Vie, de l'Humanité...

C'est aussi pour cela que je me méfie de tous les absolutismes, de tous les fanatismes, de tous les radicalismes, qu'ils soient religieux, scientifiques, progressistes et même et surtout écologistes...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article