Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nouara Algérie.com

ECOLOGIE ET ENVIRONNEMENT EN ALGERIE

Doctorante à l'université du Colorado (USA) : Une Algérienne innove dans le domaine des énergies renouvelables | El Watan

Son nom s’ajoutera désormais à la longue liste des Algérien(ne)s qui font le bonheur de pays étrangers. Des pays où on ne bastonne pas les chercheurs ni ne les met en garde à vue, comme ce fût le cas récemment pour le professeur Djamel Mimouni, l’éminent géophysicien de Constantine.

Amina Belkadi est chercheure et doctorante en génie électrique à l’université du Colorado, à l’ouest des Etats-Unis. Elle est l’auteure principale d’une invention qui pourrait révolutionner le domaine des énergies renouvelables. Il s’agit d’un mini-appareil appelé la rectenne (rectifying antennes), qui permet de capter la lumière et la chaleur circulant dans l’air avant de la convertir en électricité.

Ces rectennes optiques qui fonctionnent comme les récepteurs de radio constituent une avancée majeure dans le domaine des technologies, précise le journal The Press Free (TPF) reprenant un article de la revue Communications de la nature.

Selon le docteur Amina Belkadi, la rectenne est une combinaison d’une antenne et d’un redresseur. «Le redresseur est une diode qui convertit les signaux de courant alternatif (AC) en courant continu (DC) utilisable par nos objets électroniques et par les lumières», a-t-elle expliqué.

 

Et d’ajouter : «La chaleur est partout et est une énorme source d’énergie potentielle. Si nous pouvons en convertir seulement une petite fraction en énergie utilisable, cela aurait des effets énormes. C’est une source d’énergie ‘‘verte’’ renouvelable, qui n’affecte pas notre planète et qui n’aggrave pas le problème du changement climatique. En fait, cela pourrait être considéré comme une solution au réchauffement climatique, puisque l’utilisation de la chaleur pour générer de l’énergie réduira la température de la Terre, et c’est pourquoi ce domaine de recherche est très passionnant.»

Son équipe de recherche a pu, selon elle, améliorer l’efficacité des diodes d’un facteur de 100 par rapport à des systèmes similaires.

Originaire de Boudouaou, le docteur Belkadi s’est installée avec sa famille aux Emirats arabes unis dès l’âge de six ans. Après l’obtention de son diplôme d’ingénieur de l’université Khalifa, elle s’est intéressée à la recherche énergétique après avoir travaillé avec le professeur Abdel Isakovic de l’université Cornell sur la minimisation des pertes d’énergie dans les interconnexions des nanofils. «J’ai ensuite obtenu une bourse de l’université du Colorado à Boulder.

Mon intérêt s’est porté sur l’étude et la compréhension des rectennes et sur la conception d’appareils pour les applications énergétiques», a-t-elle confié. Interrogée sur l’état de la recherche scientifique en Algérie, elle insiste «sur l’importance de créer des laboratoires de recherche dans le domaine des énergies renouvelables pour passer du stade théorique au stade de l’expérimentation». «Cela demande des ressources énormes ; l’Etat doit consacrer un budget conséquent à la recherche.

Le fait d’introduire la langue anglaise dans les universités contribue également au développement de la recherche», a-t-elle conclu.

 
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article