Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nouara Algérie.com

ECOLOGIE ET ENVIRONNEMENT EN ALGERIE

Zerouati: lutter contre les points noirs entravant la gestion des collectivités locales

Publié le : jeudi, 27 septembre 2018 16:39

ORAN - La ministre de l’environnement et des énergies renouvelables, Fatima Zohra Zerouati, a souligné, jeudi, à Oran, la nécessité de surmonter les écueils entravant la gestion des collectivités locales, dont le recouvrement de la fiscalité locale.

Intervenant à une journée d’étude régionale sur la fiscalité locale, initiée par l’APW et le Club des entrepreneurs et investisseurs, la ministre a estimé que la fiscalité locale a un grand rôle dans la chaine du développement local et son recouvrement est à la charge de la commune pour améliorer le cadre de vie du citoyen.

Mme. Zerouati a appelé à "multiplier les ateliers de formation au profit des élus locaux pour améliorer leurs performances et leur gestion. Pour elle, "le recouvrement de la fiscalité peut régler des problèmes dont souffre l’environnement, améliorer le cadre de vie, créer une croissance et offrir des opportunités aux investisseurs".



La ministre a considéré qu’il est impossible d'améliorer les performances locales et les conditions de vie des citoyens et créer un climat d’investissement propice sans une vision claire des revenus locaux".

D’autre part Mme Zerouati a souligné que "le recouvrement de la fiscalité écologique reste dérisoire en dépit des prérogatives dévolues à la commune", avant d’appeler les élus locaux à réfléchir sur le mode de recouvrement de cette fiscalité en contrepartie des services fournis au citoyen.

De son côté, le directeur de la politique fiscale au ministère des finances, Mohamed Abbès Mahirzi a relevé que "le rendement de la fiscalité au niveau des collectivités locales a progressé à l’échelle nationale pour atteindre les 11% entre 2007 et 2017 ».

"C’est un indicateur très positif", a-t-il estimé, appelant à "poursuivre le recouvrement des ressources financières permettant de couvrir les besoins des communes afin qu’elles puissent jouer un rôle important dans le développement humain et l'amélioration du cadre de vie du citoyen.



Le même responsable a insisté sur "la nécessité de former des cadres de collectivités locales dans le domaine des techniques de budget, de la fiscalité et des finances pour initier des réformes, améliorer le volume de ressources financières des collectivités et atténuer la tension sur le budget de l’Etat".

M. Mahirzi a plaidé pour un nouveau modèle économique basé sur la diversification de l’économie hors hydrocarbure et la rationalisation des dépenses publiques. Il a également insisté sur la nécessité d’accroître le rendement de certaines taxes au niveau local, comme celles relatives au foncier.

Pour sa part, la directrice régionale des impôts, Metouki Hassina, a abordé les recettes des communes pouvant être recouvertes au titre de la fiscalité locale notamment la taxe sur l’immobilier, sur les constructions, sur la publicité, sur les séjours et autres charges écologiques, dont la taxe sur les pneus en caoutchouc importés ou fabriqués localement et la taxe visant à lutter contre le stockage des déchets industriels spéciaux et dangereux, en plus de la taxe sur les huiles et graisses.

Pour rappel, cette rencontre régionale a été marquée par la présence des élus, des responsables d'APW, des trésoriers, des receveurs municipaux, d'experts économiques, d'entrepreneurs et d'investisseurs de la région Ouest du pays.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article